Jardin à Pois, Rhonelle et alentours

-Des menhirs à Famars ??

Les menhirs de Famars

  -Des menhirs à Famars ?? dans Archéologie famars-_-ou-se-trouvent-les-menhirs

Titre accrocheur !!!

 Il n’y a pas de menhirs à Famars au lieu dit « les cailloux » le long du « chemin des postes ». C’est un montage photographique, vous vous en êtes douté. Cependant quand vous aurez parcouru cet article vous arriverez peut-être à la conclusion que ce photomontage aurait pu être une vraie photo.

Allons-y progressivement dans la démonstration.

1°-Il faut d’abord se rappeler ce que sont les 7 chaussées dites « Brunehaut » qui rayonnent en étoile du centre de la ville de Bavay (59).

Pour beaucoup ces chaussées sont d’origine romaines d’autres préfèrent les légendes. Ce serait le cheval auquel était attachée la Reine Brunehaut qui aurait tracé ces voies avant de s’arrêter devant un monolithe qui a donné son nom à la ville de Brunehaut en Belgique, enfin d’autres  se référent au texte de Jacques de Guise qui cite l’Archidruide Brunéhulde comme celui ayant fait paver les 7 chaussées commencées par Bavo l’ancien (cousin ? Oncle ? de Priam rescapé de la guerre de troie).

-Pour en savoir plus sur l’histoire de Bavay cliquez sur le lien ci-dessous :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bavay

 -Pour les annales de Jacques de Guise: voir autre article de ce Blog « Famars les légendes ».Des liens (Books Google) vous permettent de consulter les écrits de Jacques de guise traduits par le marquis Fortia d’Urban.

2°-Quelles sont ces 7 voies que l’on ne peux  appeller  » chaussées Brunehaut »  mais qui portent ce nom sur les cartes d’état major. Pour faciliter le tracé utilisons en arrière plan une des cartes de Cassini (publiées entre 1756 et 1815) de façon à être moins pollué par les nationales, départementales, autoroutes construites depuis.

Les cartes de Cassini et autres cartes sont téléchargeables sur le Géoportail de L’IGN 

bavay-les-7-voies-antiques Bavay dans Famars

Direction des 7 voies

-Vers Tournai(B) et Boulogne sur mer  par Escaupont {Voie 1-2 du plan}  .Vers   Amiens par Vendegies et Cambrai {Voie 1-1 du plan} , après la bifurcation de St Vaast-la-Vallée. (La voie pavée 1-3  porte parfois le nom de Vieux chemin de Bavay à Valenciennes et serait postérieure à la destruction de Famars)

-vers Gand par Bellignies {voie 2 du plan}

-vers Mons {voie 3 du plan}

-Vers Cologne par Binche {voie 4 du plan}

-Vers Trèves {voie 5 du plan}

-Vers Reims {voie 6 du plan}

-Vers Saint Quentin et Soisson {voie 7 du plan}

 Qui a tracé et construit ces voies ?

Faits singuliers ces voies rectilignes sont bordées de menhirs. Des lieux-dits portent un nom faisant allusion à des « pierres levées », ou à des « cailloux ».

Si on trace par exemple des droites parallèles de part et d’autre de la Voie Bavay- Amiens à environ 1500m (arbitrairement) de distance de celle-ci on trouve :

-Le menhir de Montfort au lieu dit « le gros cailloux » à Vendegies à 1200m de la chaussée Brunehaut.

-Les pierres jumelles à Cambrai à 50m de la chaussée Brunehaut.

-« Le noir Talus » au Nord de Villers en Cauchies à 850m de la chaussée Brunehaut.

-« La borne de fer » au Nord de Villers en Cauchies à 1300m de la chaussée Brunehaut

-« Le trou aux cailloux » à l’est de Rieux en Cambrésis à 1000m de la Chaussée Brunehaut

-« En bas de la borne » à la sortie de Cambrai à 100m de la chaussée Brunehaut.

-« les hautes bornes »  au sud Ouest de Bourlon à 1500m de la chaussée Brunehaut.

-« Le mont Cailloux » à Warlincourt à 1000m de la chaussée Brunehaut.

-« Les cailloux » au Sud Est de MartinPuich à 1300m de la chaussée Brunehaut.

-« Les cailloux » au sud est d’Albert à 1000m de la chaussée Brunehaut.

-« La haute Borne » au Sud Est d’ Albert à 800m de la chaussée Brunehaut.

-« Les champs cailloux » au Nord Ouest de Bresle à 1300m de la chaussée Brunehaut.

-« Les hautes bornes » au Sud de Pont-Noyelles à 1100m de la chaussée Brunehaut.

 

Ci-dessous la photo du grès Montfort de Vendegies au lieu-dit «le gros caillou ». 

vendegies-le-gres-montfort Brunehaut dans histoire

Les pierres jumelles de Cambrai

 

cambrai-les-pierres-jumelles Menhir

cambrai-menhirs-monolithes Néolithique

Ne trouvez vous pas surprenant qu’une voie dite romaine soit encadrée de bornes du néolithique et de nombreux lieux-dits évoquant des « cailloux » ou des bornes ?

Ces indices bordent une voie de communication comme des phares bordent un terrain d’aviation actuel. Ceux qui empruntaient ces voies pouvaient s’aventurer sur des centaines de km.

Rappels pour se situer dans l’histoire:

Le néolithique s’étend de -6000 avant JC jusqu’ à l’âge du bronze.

Les premières migrations Celtes datent de -2000 avant JC

La conquête de la gaule Belgique par les légions de Jules César date de -52 avant JC

Les chaussées romaines de Bavay n’ont-elles pas une origine préhistorique ?

C’est le titre de la communication de M.Desailly dans le « bulletin de la société préhistorique de France » édité en 1921 tome 18 N7 pages 156 à 162.

Des archéologues ont constaté après de nombreux prélèvements que l’édification de ces voies est bien d’origine Romaine mais que leur tracé ne peut être en aucun cas Romain.

Les romains n’auraient fait que les empierrer (entre -10 avant JC et +15) et les entretenir. Un des arguments de M. DESAILLY archéologue est de préciser que le tracé des voies en lignes droites rigoureuses sans lacets ni détours par monts et par vaux ne permettait pas de tracter de lourdes charges .Elles ne pouvaient donc pas être de facture Romaine. (Toutefois ces voies ont bien aidé César dans ses conquêtes)

La photo ci dessous prise sur la chaussée Brunehaut Bavay-St Quentin  à l’entrée du village de Montay vient conforter cette hypothèse.

la-chaussee-brunehaut-a-montay

Ce seraient donc les hommes du néolithique qui auraient tracé ces voies antiques,je me garde bien de les appeler Brunehaut.

 Ces voies étaient sans doute des pistes empruntées par les hommes préhistoriques (chasseurs ? Guerriers ?) qui les avaient jalonnées de repères visibles de loin .Citation de B. Coussée dans «Légendes et croyances en Hainaut–Cambrésis CEM éditions ».

On peut penser également que ces pistes ont été « redressées » et rendues rectilignes sous l’inspiration des druides lors des  migrations Celtes successives.

La forme en étoile de ces voies antiques et l’orientation Nord Sud de son axe ne sont elles pas l’illustration d’un culte solaire ?. Ces voies ayant pour rôle, soit de guider les « pèlerins » vers un centre de culte soit de guider ces pèlerins vers d’autres centres de culte éloignés (sorte de gare de triage si on accepte d’être péjoratif).

Revenons aux deux voies qui encadrent Famars,

-celle au Nord (voie 1-2) . à noter qu’ une bifurcation, la voie 1-3 au niveau de Bry  se dirige vers Marly et Valenciennes.(Valenciennes n’existera qu’au IVème siècle, après la destruction de Famars)

-Celle du Sud (voie 1-1) est une bifurcation de la voie 1 au niveau de Saint Vaast-la-Vallée.

Ces deux voies étaient reliées entre-elles par « le chemin des postes » en provenance de Mons (en Belgique,) coupant la première chaussée et se dirigeant vers Saulzoir pour rejoindre l’autre en passant par Famars et Maing. Le chemin des postes, de part son tracé, ne semble pas être d’origine antique ou Gallo romaine. Par contre le diverticule reliant Famars à Bermerain permettait de relier ces deux sites Gallo-romains importants.

Photo de ce diverticule.(voie de traverse reliant deux voies plus importantes) au lieu dit l’Oliette.

diverticule-bermerain_famars

 Cette voie passe à proximité du lieu-dit « les cailloux » à Famars, voila pourquoi j’ai supposé qu’il avait existé des menhirs à Famars en ce lieu-dit.

La présence de menhirs à Famars est confirmée par Bernard Coussée dans son livre « Légendes et croyances en Hainaut Cambrésis ».

Citations : « La fontaine aux 5 ou 7 pierres de Famars. Elle doit son nom à des mégalithes qui auraient été jadis dressées sur son bord. Elle est citée dans différents documents, en particulier en 1080 dans le cartulaire de la toute proche abbaye de Fontenelle. ».

Bernard Coussée situe cette fontaine  sur le Mont Houy de Famars, mais sur le versant donnant sur l’Escaut. C’est à cet endroit que « l’ermite Bertholin aurait reçu un premier message de la vierge lui expliquant qu’elle allait dérouler autour de Valenciennes un cordon  protégeant la ville de la peste. »

Notons que sur le site de cette fontaine une chapelle a été construite qui porte le nom de « Notre Dame des Fontaines » et que derrière celle-ci se trouve actuellement une installation de la société Eau et Force. Les habitants des communes voisines boivent-ils une eau miraculeuse au robinet de leur cuisine ?

On peut retrouver cette chapelle à proximité du parc de Fontenelle. On y retrouve çà et là quelques pierres mais elles pourraient êtres les vestiges de l’abbaye. Pas de traces de menhirs.

maing_fontenelle_chapelle-du-saint-cordon

Que sont devenus tous ces cailloux et bornes qui jalonnent les voies antiques ?

Tout laisse à penser qu’ils ont été utilisés au fil des siècles comme matériaux de construction, cela même à la fin du  XIX et au XX siècle. Voir à ce sujet les «Notes sur quelques monuments Mégalithiques de la région du Nord »de M Desailly.

Pourquoi en reste-t’il. Alors ?.

Dés le début du premier millénaire on peut supposer que les paysans, éleveurs, cultivateurs voyaient dans ces voies rectilignes jusqu’à l’horizon l’œuvre du malin. Ils ont côtoyé ces pierres dressées au milieu ou à proximité de leurs terrains et proches de leur  village. Au fil des siècles des légendes sont nées, certaines pierres semblaient porter des traces de pied que l’on  a attribué parfois au Christ ou à Marie.Le grès de Vendegies  porte une telle trace. Ces menhirs sont alors restés en place, et on leur a attribué des pouvoirs de guérison, d’autres portent des traces des griffes du diable ; ils sont restés également en place par peur des conséquences de leur destruction. Ceux qui ne possédaient aucune propriété  ou utilité ont été détruits .Seuls les lieux-dits seraient restés.

Ci-dessous la trace de pied sur le Menhir de Vendegies.(pointure de géant !)

 

gres-montfort-trace-de-pied

Quelques cupules zoomorphes ont pu sauver certains menhirs de la destruction

Mais on peut  aussi supposer que certains menhirs ont été Christianisés par les premiers missionnaires qui vinrent évangéliser la Gaule après l’écroulement de l’empire Romain.

Le Menhir de Vendegies porte un symbole en sa partie supérieure qui le laisserait supposer. (Date ?)

menhir-de-vendegies-christianise-300x225

 

 

La légende des jumeaux amoureux de la même druidesse transformés en pierres a peut- être sauvé les pierres jumelles de Cambrai.

Question finale : D’où vient en fin de compte le nom Brunehaut ?

Bernard Coussée cite en parlant de la pierre Brunehaut qui se trouve sur le territoire D’Hollain (Belgique) à une trentaine de mètres de la chaussée du même nom : « Elle porte le nom de « Brune Pierre » au XIV° siècle et « Breun Pierre » en 1656 elle sert de bornes pour délimiter des terrains et confirme par là que les mots « brune » et « borne » sont interchangeables, si bien que « Pierre Brunehaut «  est en redondance d’un même mot : Caillou ! ».

Parmi toutes les théories et légendes qui existent sur l’origine du nom « Chaussée Brunehaut » celle-ci est assez simple pour être crédible.

Ci dessous La Pierre Brunehaut

la-pierre-brunehaut.2

Les chaussées Brunehaut seraient donc des chaussées bordées de « Pierres Hautes ».

Certains pourraient arguer que le terme « caillou »  utilisé pour désigner des lieux-dits pouvait signifier « carrière ». Il est vrai que des carrières d’extraction de grès se trouvent proches de certaines voies antiques. Le « chemin des postes »à Famars longe une carrière disparue. Mais cette explication ne peut s’appliquer à tous les lieux-dits cités en début d’article.

Le menhir de Vendegies se trouve sur le lieu-dit « le gros caillou », terme écrit au singulier. Une carrière se trouvait à proximité de ce menhir mais c’est lui qui a laissé son nom au lieu-dit.

 

Conclusions :

On ne peut pas beaucoup se tromper en affirmant qu’il y avait des menhirs à Famars, même si on n’en trouve aucune trace physique, les quelques arguments avancés devraient suffire à vous convaincre, même si les menhirs de la photo d’en-tête ne sont pas au bon emplacement.

Les nombreuses références au livre de M.Bernard Coussée et aux communications de M. Desailly président, en 1926, de la Société Préhistorique de France viennent en soutient de mes quelques commentaires personnels.

Je demande pardon aux habitants de Vendegies d’avoir utilisé des photos du Grès Montfort et de les avoir implantés à Famars.

Ci-dessous la photo de Famars prise du lieu-dit « les cailloux ».(Sans photo montage pour rétablir la vérité).

 

famars-vu-du-chemin-des-postes

Extraits de la Note additionnelle jointe à la communication de M. Desailly.

M. Desailly joint à sa communication un plan d’orientation des chaussées Brunehaut que l’on retrouve sur le site Persée et qui est recopié ci-dessous superposé à une carte de Cassini.

M. Desailly se garde bien d’avancer quelque explication sur ces faits indiscutables et suggère à ses « savants collègues »  d’en tirer les conclusions qu’ils comportent.

Citation de M. Desailly : « Si on projette en un même point l’orientation des diverses chaussées à leur départ de Bavay, on constate qu’elles forment avec une ligne se confondant presque avec le Nord-Sud…une étoile absolument symétrique. Quatre de ces chaussées font avec cette ligne un angle de 37°, deux autres y sont perpendiculaires.

La formation de cette étoile régulière a certainement été préméditée puisque à quelques kilomètres de la ville, l’orientation des chaussées a été changée pour prendre une direction définitive. ».

bavay_culte-stellaire

On pourrait verser dans le fantastique ou le merveilleux, ces mots étant pris dans leur ancienne signification, mais ce plan semble corroborer les annales du très controversé Jacques de Guyse qui écrivait que Bavay avait dû être jadis un centre cultuel stellaire ou solaire.

10° Liens vers les communications de M. Desailly sur le site Persée.

-Les chaussées romaines de Bavay n’ont-elles pas une origine préhistorique?

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1921_num_18_7_13287

-Notes sur quelques Monuments Mégalithiques de la région du Nord

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1922_num_19_7_12004

-Les mégalithes de l’Escaut entre Valenciennes et Tournai

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1928_num_25_3_6458

 

 11°Quelques mégalithes situés le long de la voie antique Bavay-Cambrai-Arras-Boulogne sur mer.

- les pierres du diable de ACQ

http://www.nordmag.fr/patrimoine/histoire_regionale/voies_com/menhirs_acq.htm

-les 7 bonnettes de Sailly en  ostrevent

http://calis.pagesperso-orange.fr/04_megalithes/textes/01_sailly.htm

-la pierre du diable à Lecluse

http://calis.pagesperso-orange.fr/04_megalithes/textes/02_lecluse.htm

 

12°Quelques mégalithes disparus de la région de Valenciennes (chapitre ajouté le 30/03/2013)

-Le syndicat d’initiative de SEBOURG décrit dans sa brochure relatant l’histoire de ce village situé à proximité de la voie antique Bavay-Tournay la présence d’une grosse pierre dressée dans un terrain désigné sous le nom de « Champ du Gros Cailloux » à cause d’une pierre d’un volume considérable enfuie à cet endroit. Cette pierre aurait été détruite par les premiers missionnaires chrétiens parce qu’elle symbolisait les cultes payens.

-Dans la brochure « Histoire de Valenciennes » sous la direction d’ Henry Platelle il est fait mention des « Pierres jumelles de Valenciennes » dans la zone de la colonne édifiée à la mémoire du général Dampierre. Ces mégalithes seraient attestés par des textes du XIV et XVII éme siècle et leur emplacement localisé avec précision mais il semblerait que les excavatrices se soient chargées de leurs restes.

Bernard Coussée dans son livre « Légendes et croyances en Hainaut Cambrésis » signale également l’existence de ces « Pierres jumelles »sur les hauteurs de Valenciennes.

 

 

 

Fin de l’article 

Mettez du son ,Cliquez sur le lien ci dessous,  et vous verrez un court montage vidéo en forme de clin d’œil (pour les cinéphiles.)

fichier wmv Brunehaut La pierre

 

Mise à jour du 30/03/2013

 

 

Prochainement un nouvel article sur ce blog.

« Présence des templiers au Moyen age à Maing, Famars et Marly ».

 

 

 

 

21 octobre, 2012 à 0 h 02 min


6 Commentaires pour “-Des menhirs à Famars ??”


  1. L. Jean René écrit:

    Une belle démonstration de l’utilisation de la corde à 13 nœuds est donnée sur youtube, par un guide du château de Guédelon en Bourgogne.Les Compagnons l’appellent aussi « corde des Druides »

    Répondre

    • hanwide écrit:

      Bonjour jean René
      Moi aussi j’avais trouvé cette démonstration sur YouTube, Je pensais même en avoir placé le lien dans mon blog. Mais j’ai oublié de le faire.Il va falloir que je le fasse.
      Georges B

      Dernière publication sur Les villages du Hainaut Français : -6- Estourmel

      Répondre

  2. L. Jean René écrit:

    Un lien très intéressant sur Bruille et ses environs: à la fin de l’article, commentaires sur les menhirs et dolmens longeant l’Escaut, notamment le dolmen d’Odomez!
    http://hannoniensis.unblog.fr/category/eglise/

    Répondre

    • hanwide écrit:

      Merci Jean René pour ce commentaire qui me fait d’autant plaisir que je suis également l’ auteur de cet autre blog que vous citez.
      « Les villages du Hainaut Français »
      Bien cordialement
      Georges
      Vous êtes toujours aussi fidèle à mon site et à l’histoire locale comme vous l’ écriviez dans un de vos commentaires de Nov 2014.
      Merci

      Dernière publication sur Les villages du Hainaut Français : -6- Estourmel

      Répondre

  3. flyingfredox écrit:

    Tres interessant votre article!.
    Bien vu ! pour le recoupement « Brunehaut » = « Pierres Hautes »…
    En revanche avant l’arrivé de César dans nos contrés ,Bavai pouvait etre un centre cultuel stellaire ou solaire…
    F-D.

    Répondre

    • hanwide écrit:

      Merci Frédéric D. pour vos commentaires et remarques.
      Je dois ajouter que j’ai trouvé l’idée du rapprochement entre Pierre Haute et Brunehaut dans un livre de Bernard COUSSEE. « Légendes et Croyances en Hainaut Cambrésis ».
      Je parle un peu du culte solaire ou stellaire au paragraphe 9 de mon article, j’ai trouvé cette hypothèse de l’Archéologue M. Desailly dans son rapport « les chaussées romaines de Bavay n’ont -elles pas une origine préhistorique ? » Voir le lien en fin de mon article.
      Cependant M. Desailly ne semble pas connaître le « triangle des arpenteurs » encore appelé « triangle Egyptien ».(utilisé par les arpenteurs égyptiens pour la construction des pyramides semble t’il ).
      Explication: Il suffit d’utiliser une corde refermée sur elle même sur laquelle on a effectué 13 Nœuds équidistants.(le premier et le dernier nœud étant confondus) On joue sur cette corde de façon à créer un triangle comptant respectivement 4,5,6 nœuds soit 3, 4, 5 intervalles.On obtient un triangle rectangle.
      En appliquant les règles trigonométriques on démontre que l’angle du coté de l’ Hypoténuse fait exactement 37 degrés. Soit l’angle que font quatre chaussée Brunehaut au départ de Bavay par rapport à l’axe Nord/Sud (voir plan du paragraphe 9).
      Une question se pose alors s’agit-il d’une orientation stellaire ? ou tout simplement un soucis d ‘esthétique ? . Ce triangle ayant été également utilisé par les bâtisseurs de cathédrales.
      Autre sujet de réflexion : la corde à 13 nœuds est parfois appelée « Corde Celtique ». Ce qui ajouterai un argument supplémentaire à l’origine non romaine du tracé des voies antiques.
      Ma réponse est un peu longue elle aurait pu faire l’objet d’un article. Mais j’essaie de me limiter à l’histoire des environs de Famars.

      Cordialement
      Georges

      Dernière publication sur Les villages du Hainaut Français : -6- Estourmel

      Répondre


Laisser un commentaire